Caresses intimes

28 mars 2020

Caresses, ressenti amoureux

Hier dans la nuit, après avoir pris une douche, j'ai entamé des caresses.
En partageant un même appartement, j'essaie de garder la discrétion au niveau du bruit.
Ça me gêne de savoir qu'on m'entend, ne serait-ce que les bruits du corps en se caressant.

Au mieux que j'ai pu, la porte verrouillée, j'ai placé le miroir devant moi, placé une serviette sous moi et j'ai mis un vêtement que j'aime porter avec moi-même seulement, et j'ai fait comme il me plaisait.

Un sentiment de plénitude remontait et même du ressenti comme de l'amour. En repoussant quelques limites, je n'ai pas eu de ressenti douloureux et une grande satisfaction.

L'apogée était très agréable, mais aussi à certains moments des caresses où j'avais l'impression de vivre l'idéal.


Ça fait vraiment du bien de savoir que c'est possible.

Posté par prenom à 02:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2020

Un prénom

Dans la nuit d'hier, j'ai songé à un nouveau prénom.
Il m'est venu un peu soudainement et il me plaisait.

Aujourd'hui, il m'habitera un peu et puis je tenterai de le faire partir.

Peut-être voudra-t-il revenir?

Posté par prenom à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2020

Apprivoiser. Alternatives enrichissantes.

Neige roumaineEn retour avec l'expression de ces désirs intimes.

Je constate aussi, que je refoule mes désirs. Même en intimité. Il y a des moments où une flamme me pousse à me laisser aller et je me sens très bien.

Souvent, dans mon adolescence, suite à l'orgasme, j'avais très honte. D'essayer des caresses différentes me faisait penser que c'était mal.

Je sais que le vis encore. Un auto-jugement qui petit à petit devient apprivoisement.

Pendant quelques années, je ne regardais jamais de pornographie et j'apprécie avoir fait une pause longtemps.
Depuis peut-être les 4 dernières années, il m'arrive d'en regarder de temps en temps.
Je m'arrête très souvent aux photographies et aux images qui défilent quand on laisse le curseur de la souris sur la vignette de la vidéo.

Le vidéo ne m'excite pas particulièrement.
Ces films sont des fantaisies actées en échange de salaires.

Ça me rend triste de voir systématiquement la même séquence pour la plupart.
Une femme qui fait la fellation à l'homme. L'homme qui dirige et pénètre selon le scénario en "proposant" ou en forçant la suite, toujours bien placé pour la caméra. Des claques sur les fesses et des phrases que je n'aimerais jamais entendre. Je n'ai jamais compris ce qui est excitant dans ces gestes.

 

Fellation encore et pénétrations. Puis au moment le moins opportun, l'homme se masturbe et éjacule sur le visage de la femme, sinon son corps.
Quelle finale lourde.
C'est ce qui semble être le plus standard.

C'est un scénario de fantasme, ce n'est pas la réalité.
C'est ennuyant.

Je sais qu'il existe plein de variantes.

J'ai trouvé un site qui m'a fait voir de l'érotisme dans l'intimité des femmes.
Sans revendiquer une branche quelconque, il y a un entrelacement assumé de l'érotisme, pornographie, art et sexe.
Une intense étude de l'orgasme féminim.

Généralement, c'est une femme seule qui se caresse et atteint un orgasme tel qu'il vient.
J'ai vu quelques couples de femmes aussi, mais c'est plus rare.

Oui, c'est mis en scène, mais cela me semble beaucoup plus naturel, car l'objectif n'est pas le même.
Cela ajoute une meilleure diversité, car chaque personne vit l'orgasme et son rapport au corps d'une manière bien à elle.

Ça me rassure que cela existe.

Posté par prenom à 00:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2020

Honte et craintes

J'ai souvent ressenti la honte des désirs et découvertes sexuelles. Car c'est souvent notre éducation ou celle de nos parents ou celle de nos grands-parents, et/ou le bon vouloir social qui nous dit que ceci est bien ou mal.
La réalité, c'est que les désirs restent et les gens font finalement ce qu'ils veulent, avec ou sans leur masque.

Aujourd'hui encore, c'est difficile pour moi de les partager dans une situation 'de couple'. Il faut bâtir sa confiance en soi pour faciliter la confiance envers l'autre.

La peur que ce soit étrange ou de faire peur à l'autre. Finalement, c'est soi-même qui a peur.

J'aime beaucoup quand je/on me caresse par derrière.

Parfois, ça a choqué, parfois, ça a été partagé.

Posté par prenom à 02:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2020

Partager sa fragilité, les remous

En solitaire, je constate que je peux encaisser beaucoup d'émotions et rarement les exprimer. En général, tout se passe bien car il n'y a pas beaucoup d'introspection profonde ou de moments que je me permets pour laisser sortir mes tristesses par exemple.

Lorsque je partage quelques confidences avec une personne dont je ressens de l'amour, ma fragilité prend le dessus et c'est comme un combat d'orgeuil et de culpabilité qui se mélange en moi. Je ne veux pas amener mon bagage de lourdeur, de peur de déplaire. Et ça me rend triste.

Je désire me protéger de ces moments, mais de vouloir se protéger toujours n'apporte pas de solutions vraiment.

Posté par prenom à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2020

Comme des pétales

S'offrir le temps pour avoir de l'intimité pour soi, ça parrait simple, mais c'est facile d'être dérangé.e ou distrait.e par le hasard de la vie ou de nos pensées.
Mon environnement est plutôt dynamique, car je partage mon habitation avec d'autres personnes. Ma chambre n'est pas vraiment insonorisée et si je veux m'adonner à des caresses avec moi-même, j'aime savoir qu'il n'y a personne autour.

Il y a une semaine ou deux, je me souviens d'un orgasme doux où je ressentais presque des pétales tomber sur mon corps.

Prendre le temps et ressentir la douceur.

Je me retrouve à constater qu'il y a plusieurs étapes de ressentis. Une fois passé un "premier stade", le côté animal et brut du désir sexuel tourne pour quelque chose du domaine amoureux. C'est plus intime et sensible dans mon intérieur mêlant le plaisir sexuel et les émotions que je vis.

J'explore pas à pas et essaie de créer quelques fois de tels moments sans m'attendre à un résultat précis.

Posté par prenom à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2020

Subtilités, vêtements

Il y a 2 ou 3 ans, je me questionnais pourquoi les sous-vêtements étaient "genrés". Que tel morceau de vêtement appartient à un corps d'homme tandis que l'autre est définitivement "féminim". Une couture différente, des angles différents et on obtient une culotte pour femme ou des boxers d'homme.

Les vêtements que je porte sont la plupart du temps très amples avec beaucoup de place pour tout et j'apprécie le confort que cela procure.
On ne voit pas vraiment mon corps mince en-dessous.

Pendant un de ces étés d'il y a 3 ans, j'avais entamé un ménage dans un des placards de la remise. J'ai trouvé deux sacs de vêtements qui appartenaient probablement à une colocataire, bien des années passées. Je n'avais jamais entendu parler de ces sacs et jamais personne ne les as réclamés. J'y ai donc fait un tri complet pour voir s'il y avait des vêtements encore en bon état pour donner à la friperie.

Beaucoup de vêtements étaient usés, mais certains encore en état correct. J'en ai conservé deux. Un gilet mince, blanc et un peu troué et des leggings confortables bleus. Les leggings étaient agréables à porter, ils étaient plus près de ma peau et j'appréciais la sensation. Le gilet blanc, je m'en sers pour dormir car il est en coton et c'est aussi confortable. Le gilet a un col un peu plus ouvert et c'est le genre de chose que je n'aime pas porter en public.

Je me rappelle à l'adolescence où j'ai découvert les friperies pour la première fois. Avec deux ami.e.s, nous achetions quelques vêtements et un truc ou deux inutiles. Par la suite, ma mère m'expliquait que le sens de la boutonnière indiquait si c'était une chemise "de fille" ou de "de gars".

La couture a d'innombrables détails et subtilités.

J'apprécie mélanger un vêtement plus unisexe avec un autre morceau avec la boutonnière du sens que je veux. Je n'aime pas le clash d'une robe ou d'un truc trop coloré. J'ai peur du regard trop observateur de l'autre. De me faire juger.

Sous les vêtements, je varie ce que je porte. Une culotte avec un peu de dentelle ou un boxer avec un bon ou mauvais élastique. Parfois, ça me fait du bien de ressentir le tissu d'une culotte sur mon corps ou au toucher quand je remonte mon pantalon. Une sensation dans l'intimité qui parfois redonne un peu de courage ou un peu de plaisir.

Se regarder un instant dans le miroir.

Posté par prenom à 16:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tarot, en guise d'introduction

attenteJe juge souvent les choses qui me semblent ésotériques. Il n'y a pas si longtemps, une amie m'a proposé de me tirer au tarot de Marseille. Les images sur chaque carte me semblaient finalement très captivantes et m'incitaient à les contempler. Le mystère qui en émanait me faisait aussi peur.

Nous étions novices tous les deux dans cette 'discipline', donc on consultait fréquemment le petit feuillet qui accompagnait la boîte de cartes en quête d'interprétation. Nous avons placé les cartes pour qu'il y en ait 12, pour une prédiction de l'année à venir.

Le début de l'année semblait s'annoncer bien tandis que la suite s'annonçait de plus en plus catastrophique se terminant avec un chariot à l'envers, la carte de la Mort à l'envers, etc. Mon esprit s'est mis à tourner toute la nuit. Seulement à la vision des symboles et à leur interprétation provenant du feuillet. Ça m'a beaucoup fasciné.

En réalité, cette prédiction de l'année était le deuxième tour de tarot. Je voulais plutôt parler de la conclusion du premier tour.

Car à la fin de celui-ci, mon amie m'a proposé:
"Tu devrais reconnecter avec ta féminité/ton côté féminim."

J'ai créé ce blog sur Canalblog. Ces recherches intimes et intérieures sont en ligne, aux yeux des personnes qui tombent sur ces pages web. En gardant l'anonymat, je désire explorer ouvertement ce côté féminim plus aisément grâce à l'écriture. Cela m'attriste de ne pas trouver de ressources facilement sans être la cible de publicité ou de tomber sur de la pornographie. C'est difficile avec Internet.

Je crois que j'aurais aimé, dans ma jeunesse, lire ce genre de pensées et expériences.


Qu'on croit au tarot ou non, le conseil de mon amie m'ouvre une porte.


Posté par prenom à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]